Diversité & Participation

Allemagne – France – Turquie

Le projet

La Turquie est devenue un centre de réfugié.es et d’immigrant.es entre l’Asie et l’Europe, entre pauvreté et richesse, entre émigration et immigration. La Turquie est également voisine de pays en crise politique ou économique et / ou en conflits ouverts. C’est un pays qui est devenu une plaque tournante pour les flux de migration : beaucoup de ces réfugié.es veulent aller en Europe et si ce n’est pas possible, ils.elles resteront en Turquie et essaieront de (re)construire une nouvelle vie là-bas. 

Le travail social devrait jouer un rôle important dans ce domaine afin de pouvoir aider précisément ces groupes cibles. D’un point de vue juridique, cependant, les travailleur.es sociaux en Turquie ne jouent pratiquement aucun rôle dans le domaine de la fuite ou de la migration, bien qu’il serait important que ce secteur professionnel y occupe une place importante. En ce sens, les contacts internationaux et les échanges d’expériences professionnelles sont d’une grande importance pour discuter de quelle façon le travail social peut développer ses concepts théoriques et pratiques.

Les villes comme Diyarbakir, Berlin et Marseille sont devenues des stations importantes pour l’arrivée de réfugié.es où le travail social a dû s’adapter ces dernières années. Comme cela n’est généralement pas remédiable, les personnes travaillant dans le domaine social sont souvent confrontées à de grands défis. Dans la plupart des cas, aucune ressource financière supplémentaire n’est mise à la disposition du secteur social, bien qu’elle soit nécessaire de toute urgence.

Nous voulons utiliser des exercices interculturels pour former les participant.es à s’impliquer de manière empathique et professionnelle dans ce processus. Dans le cadre de ce projet, le groupe devrait être en mesure de visualiser les différentes réalités sociales des trois villes de Berlin, Diyarbakir et Marseille. Pour ce faire, des visites en petits groupes seront organisées dans des organisations sociales sélectionnées dans chaque ville. En outre, divers projets sociaux seront visités et les participant.es auront l’occasion d’échanger des idées avec des acteurs locaux. 

En outre, lors la première phase du projet, nous avons commencé à travailler avec les participant.es sur un livre commun et un ensemble de méthodes pédagogiques qui aborde la diversité (linguistique / culturelle / physique) dans différents groupes cibles. Ces méthodes seront destinées à être appliquées au travail social et à l’éducation non formelle. Les semaines de séminaire à Berlin et à Marseille nous permettront de compléter ce catalogue et de travailler à la construction d’un site web sur lequel ce livret de méthodes sera librement accessible dans le futur.

La diversité comme approche

L’idée de ce cycle de formation est de montrer aux participant.es l’approche de la méthode « diversité » et d’enseigner d’autres méthodes interculturelles. La « diversité » vise à reconnaître l’hétérogénéité des identités, mais aussi à comprendre les questions liées aux relations de pouvoir et de dépendances. Cette tolérance et cette sensibilisation sont importantes, en particulier pour travailler avec des groupes cibles de plus en plus hétérogènes. Les participant.es doivent apprendre à reconnaître les ressources de la différence, à tolérer les différences et à trouver et utiliser les similitudes des identités. Il s’agit aussi de reconnaître les processus interculturels dans le travail social et de contribuer activement à son développement personnel et professionnel. Il s’agit, en autre, d’être capable de changer de perspective et de valoriser la diversité. 

Les dates et lieux des phases du projet

Phase I:Diyarbakir – du 21/04/2019 au 28/04/2019 
Phase II:Berlin – du 06/10/2019 au 13/11/2019 
Phase III:Marseille – Eté 2020

Les participant.es

Par pays partenaire 9 participant.es seront présent.es à cette formation. Il peut s’agir de divers profils, mais la majorité du groupe sera constituée de travailleur.es sociaux à temps plein et de bénévoles ayant de l’expérience auprès d’enfants et de jeunes socialement défavorisé.es. Les trois groupes nationaux seront différents en termes d’âge, de genre ainsi que d’origine culturelle et ethnique.