Notre travail

Pourquoi existons-nous ?

Sur la base de nos nombreuses années d’expérience dans le travail local de jeunesse, nous pensons qu’il est important d’établir un contact direct avec les acteurs locaux afin de les soutenir dans la préparation et la mise en œuvre des rencontres internationales, tant sur le plan logistique que pédagogique. Une coopération étroite avec des professionnel.es des structures de jeunes endosse une grande responsabilité, en particulier pour s’adresser aux jeunes qui, en raison de divers obstacles, sont largement isolé.es de la possibilité de rencontrer d’autres personnes dans le cadre d’une rencontre interculturelle. Ces professionnel.es sont souvent les seul.es à avoir une relation de confiance avec ce public défavorisé et son environnement social pour être en mesure de garantir une préparation à une expérience interculturelle : ces expériences sont axées sur les réalités locales des jeunes et apporte un soutien actif au processus d’apprentissage.

Aujourd’hui, en Allemagne, nous sommes confronté.es au défi que représente le fait que de nombreuses structures de jeunes recherchent désespérément des spécialistes formé.es sur le plan socio-pédagogique : c’est pourquoi le personnel de ces structures est souvent surchargé. Les employé.es des centres de jeunes n’ont guère la capacité d’offrir, de préparer ou de mettre en œuvre des projets de mobilité internationale à leurs publics cibles. Néanmoins, afin d’offrir une ouverture interculturelle même à une partie détachée d’une jeune génération adolescente dans un contexte d’inégalités sociales sans cesse croissantes, nous pensons qu’un dialogue direct avec acteurs locaux est nécessaire.

L’association Pangera e.V. joue un rôle clé à cet égard. En tant qu’acteurs locaux de structures de jeunes, ayant de nombreuses années d’expérience dans la mise en œuvre de projets d’échange, nous considérons notre action comme le lien décisif entre le travail de jeunesse local, régional et international. Dans le contexte de nos propres débuts dans la mise en place d’échanges et de séminaires de jeunesse, nous connaissons les obstacles qui peuvent empêcher les institutions, le personnel et finalement les jeunes participant.es de choisir une telle expérience de mobilité. Grâce à notre expérience passée, nous avons pu conseiller les acteurs locaux de manière ciblée, les convaincre pour la mise en œuvre et leur offrir en même temps un soutien pédagogique.

En réunissant les membres de l’association qui sont directement actif.es localement dans les structures de jeunesse et ceux.es qui sont de plus en plus actif.es sur la scène internationale en tant qu’animateur.es et formateur.es interculturel.es, nous combinons les compétences et les arguments nécessaires pour mettre en place des programmes d’échanges dans des espaces sociaux, des quartiers ou des régions de zones urbaines et rurales, dont certaines ne sont pas encore touchées par ces actions.

Quels sont nos engagements ?

L’inégalité sociale est l’un des problèmes les plus urgents du monde d’aujourd’hui en raison des différences croissantes entre les groupes de population. L’inégalité n’est pas nécessairement un problème en soi. Cependant, l’inégalité peut facilement devenir une injustice lorsqu’il s’agit d’une question d’accès à l’éducation et à la participation sociale. 

En tant que professionnel.es actif.es dans le travail de jeunesse depuis de nombreuses années, nous avons constaté que cette inégalité se manifeste également dans l’accès à l’éducation non formelle. Il existe un nombre incroyable de programmes conçus pour permettre aux jeunes d’acquérir une expérience à l’étranger, des compétences interculturelles et sociales ou encore d’entrer en contact avec d’autres langues. Cependant, l’information sur ces programmes ne circule souvent que dans certains milieux sociaux ou fait l’objet d’une publicité telle que seul un nombre limité de jeunes se sentent concerné.es.

En 2016, l’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse (OFAJ) a lancé la stratégie « Diversité et Participation », qui vise à diversifier davantage les programmes d’échanges de jeunes, à permettre aux jeunes de milieux sociaux différents de se rencontrer et surtout à attirer des jeunes qui ont peu accès à la mobilité franco-allemande, européenne ou internationale.  

Dans le cadre de cette stratégie, nous nous appuyons sur un dialogue direct entre les expert.es des institutions de jeunesse, les travailleur.es de rue, l’environnement familial des participant.es potentiel.es et les jeunes eux-mêmes afin de surmonter ensemble les obstacles économiques, géographiques, sociaux, culturels et éducatifs qui peuvent survenir.

Parce qu’une division de plus en plus progressive de la société conduit au fait qu’il existe des groupes de population qui ont des expériences de vie complètement différentes et se voient offrir des chances de vie différentes, nous pensons qu’il est de la plus haute importance de rendre également possible ce type d’éducation non formelle pour une jeune génération adolescente qui grandit en partie dans des quartiers isolés, des régions reculées ou encore des sociétés parallèles. Depuis le début de notre travail, nous nous sommes concentré.es sur la plus grande diversité possible au sein de nos projets et avons ainsi réussi à mettre en contact des groupes de population qui n’ont habituellement pas la possibilité de se rencontrer dans la vie quotidienne.